Harlan Thrombey, célèbre et riche auteur de polars à succès, fête ce soir ses 85 ans. Alors que toute sa famille est réunie dans sa somptueuse demeure, il est retrouvé mort, la gorge tranchée.

Alors que la mise en scène funeste laisse penser à un suicide, le détective Benoît Blanc (Daniel Craig) se joint aux enquêteurs de la police pour mener l’enquête.

Mais s’il s’agit d’un suicide, pourquoi est-il là ? Qui l’a engagé ? Et s’il y avait eu meurtre, lequel des vautours qui entouraient la victime a bien pu commettre l’irréparable ?

Dans l’ombre d’Agatha Christie

L’enquête commence alors, comme dans un roman d’Agatha Christie. Une scène de crime en vase clos, des protagonistes manipulateurs, un enquêteur qui aime laisser croire qu’il est manipulé, l’évidence d’un suspect, et une intrigue qui se joue de nous (mais pas du détective Benoît Blanc !) jusqu’au final façon Hercule Poirot (en beaucoup plus sexy).

Une affiche qui vaut à elle seule le déplacement

Daniel Craig, Chris Evans, Jamie Lee Curtis, et Don Johnson (qui a été peu mis en avant) m’ont suffit à me donner l’envie de voir le film, même si j’avoue avoir eu peur de ne pas pouvoir dissocier les deux premiers des héros qu’ils incarnent habituellement et que j’adore : James Bond et Captain America. C’était sans compter sur leurs talents respectifs et sur les personnages que leur offre le scénario de cette intrigue non dénuée d’humour.

A voir !

J’ai aimé me faire mener en bateau par tous ces faux-culs (génialement interprétés). J’ai aimé mener l’enquête avec Benoît Blanc (en comprenant qu’il avait compris quelque chose que je ne comprenais pas – tu me comprends ?).

J’ai adoré le final ! Mention spéciale : le mug… (celles et ceux qui l’ont vu comprendront).

Publié par :Lydie Dee

Blogueuse récidiviste, rêveuse depuis 1966.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *